Quel est l’impact environnemental du gaz ?

Le gaz naturel est un combustible fossile. Pourtant, il est aussi considéré comme une énergie de transition. Quel est alors son réel impact sur notre environnement ? Nous vous disons tout.

A voir aussi : Quelles sont les initiatives citoyennes en faveur des énergies vertes ?

Le gaz naturel, une énergie de transition par excellence

Un feu de gazLe gaz naturel est le fruit de la décomposition de matières organiques, comme le plancton ou encore les algues. Ce processus dure plusieurs millions d’années. Le gaz reste une énergie fossile, c’est-à-dire qu’il n’est pas renouvelable. Sa réserve diminue au fil des exploitations.

Toutefois, le gaz naturel est considéré comme une forme d’énergie de transition, au même titre que l’énergie solaire et l’éolien. Pourquoi cela ? Tout simplement parce qu’il est très peu polluant.

En parallèle : Comment choisir la taille idéale pour sa serre de jardin pour faire du bio ?

Le gaz naturel est aussi une énergie primaire. Il n’a pas besoin d’être transformé pour être utilisé. Cela réduit déjà son émission de gaz à effet de serre. Sa combustion n’engendre que de la vapeur d’eau et très peu de dioxyde de carbone. Selon les experts, le gaz naturel émet jusqu’à moins 50 % de gaz carbonique que les énergies fossiles habituelles.

Pour mieux comprendre, prenons un exemple. Le gaz naturel consommé en France n’émet que 227 g d’équivalent CO2 par kWh PCI tout au long de son processus de fabrication. Quant au fioul, il émet 324 g d’équivalent CO2 par kWh PCI.

Le biométhane, un gaz encore plus écologique

biogazLes réserves de gaz naturel étant inégalement réparties à travers le monde, la France a décidé d’explorer une autre piste, celle du biométhane. Il s’agit d’un gaz “vert” issu de la décomposition des matières organiques. Il peut être utilisé au même titre que le gaz naturel. Ce gaz est ainsi considéré comme une énergie renouvelable. Son enjeu est de réduire la pollution et d’améliorer la qualité de l’air.

Le projet est en bonne voie en France, puisque 2,2 TWh de biométhane ont été injectés dans le réseau de gaz naturel à la fin de l’année 2020. Cela représente une hausse de 80 % par rapport à l’année précédente. Ce chiffre est en constante évolution.

Actuellement, le ministre de l’Écologie estime le nombre d’installations produisant du biométhane à 365 contre 214 installations vers la fin de l’année 2020. Leur capacité de production est estimée 6,4 TWh/an, contre 3,9 TWh/an l’année précédente. Il y a donc eu une hausse de 56 % de biométhane en un an. Si la France continue dans cette dynamique, la marche vers la transition énergétique sera assurée !

Le mot de la fin

Gaz naturelLe biogaz est une alternative intéressante par rapport au gaz naturel et aux autres formes d’énergies fossiles puisque son impact environnemental est très faible. Sa combustion ne produit que très peu de gaz carbonique et de particules fines.

De plus, il n’émet pas de dioxyde d’azote. Sa combustion ne génère pas non plus de la fumée grasse ou encore de la suie. Contrairement aux autres énergies renouvelables, comme l’éolien et le solaire, sa production n’est pas intermittente. Il est également plus simple de le stocker.

Plus la quantité de biométhane injectée dans le réseau de gaz naturel sera importante, plus l’impact environnemental du gaz sera moindre. Le gouvernement français travaille dans ce sens en multipliant les dispositifs de soutien aux projets d’installation et d’exploitation de biométhane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *